Manifestations 2015

Inauguration de l'école d'Ardenay Sur Mérize

Le 28 novembre 2015, André Pigné, Maire d'Ardenay Sur Mérize a inauguré la nouvelle école de la commune suite aux travaux de réhabilitation réalisés. 

A cette occasion, l'ancien directeur de l'école Monsieur Diaz nous a fait partagé ces souvenirs de 34 années scolaires dans l'école d'Ardenay Sur Mérize. Ci-après son discours.

 

Retrouver des photographies de l'évènement dans l'Album photo du site : Inauguration de l'école Ardenay 28 novembre 2015

 

Inauguration ecole

Discours de Monsieur Diaz (Ancien directeur de l’école d’Ardenay Sur mérize) à l’occasion de la cérémonie d’inauguration de l’école le 28 novembre 2015

 

Monsieur le Maire, Mesdames et messieurs les Conseillers, 

Parce que, mon épouse et moi, nous avions eu le privilège de fréquenter et de connaître au plus près ces lieux où nous sommes réunis aujourd’hui, vous nous avez demandé de dire quelques mots. D’autres les ont connus avant nous et pourraient vous en parler tout aussi bien et probablement mieux.

Merci de votre invitation pour assister à l’inauguration des classes et des locaux de l’école primaire publique de la commune d’Ardenay-sur-Mérize. 

Pour ce qui nous concerne vous pouvez penser à l’émotion que cela procure de revenir ici-même 57 ans après y avoir pénétré pour la première fois. C’était le 30 octobre 1958. Nous étions reçus par nos prédécesseurs Mr et Mme Gilsoul et le Maire de l’époque Mr de Gastines. Ce fut le premier contact avec les locaux de l’époque : ce fut assez déprimant. Nous nous en souvenons très bien, comme si c’était hier. Nous sommes restés seuls dans cette salle, nous nous sommes assis à une table et là nos yeux se sont embués et les larmes ont coulé … A cet instant précis nous n’étions pas persuadés de rester 34 années scolaires au service des enfants d’Ardenay et même des communes voisines …

Nous avons commencé à faire l’école le 3 novembre 1958. En ce moment, vous nous permettez de revivre en quelques instants des milliers de souvenirs, des anecdotes de toutes sortes, qui ressurgissent. Comme un film qui retracerait une longue carrière de modestes maîtres d’école à qui des parents avaient confié la lourde responsabilité d’apprendre et d’éduquer leurs enfants : "des trésors", à leurs yeux. C’est ce que nous avons fait avec beaucoup d’humilité, en y mettant toute notre ardeur, toutes nos forces, tout notre amour pour tous les enfants confiés, et aussi beaucoup de patience, tout en essayant de surmonter nos doutes  et en gardant malgré tout au fond de nous-mêmes une lueur d’espérance. Nous aurions aimé faire plus et mieux, mais nous avons oeuvré avec les moyens à notre disposition. Seuls, ces centaines d’élèves que nous considérions un peu nos enfants et qui sont passés sur les bancs de l’école en notre compagnie peuvent en témoigner, à charge ou à décharge. Une chose est certaine, si c’était à refaire nous le referions sans doute différemment : parce que les méthodes d’enseignement ont évolué et que l’ambiance n’est plus aussi sereine, ni rassurante, dans un monde tributaire d’une nécessité d’adaptation très exigeante tournée vers un avenir différent et très incertain. 

Les méthodes et les buts recherchés ont toujours nécessité d’adapter le milieu environnant en permanence. S’adapter c’est une exigence permanente. 

S’adapter ce fut aussi le souci permanent des Maires et des municipalités qui se sont succédés depuis l’obligation d’installer des écoles dans chaque commune de France. Tous ont contribué à adapter les locaux avec les moyens financiers à leur disposition et en consentant parfois des sacrifices énormes. Mais sans jamais avoir à le regretter tellement ils considéraient l’importance de l’enseignement de tous les enfants de la Nation et de la République. 

Monsieur le Maire, maintenant que je retombe peu à peu en enfance, vu ce que je constate, je vous demande s’il ne serait pas possible d’obtenir une dérogation pour mon inscription à la rentrée prochaine dans ces locaux flambant neufs et fonctionnels. Heureux sont les maîtres et les élèves d’aujourd’hui. Tous nos bons souhaits les accompagnent.